Roger Tessier

Roger Tessier

Roger Tessier

Eléments biographiques ( source CDMC)

Compositeur français né le 14 janvier 1939 à Nantes.

Violoncelliste de formation, Roger Tessier étudie aux conservatoires de Nantes, Saint-Brieuc, puis au Conservatoire de Paris auprès de Henri Challan, Alain Weber, Eugène Bigot et dans la classe d’Olivier Messiaen. Il partage ensuite son temps entre l’enseignement et l’écriture. En 1971, il rencontre Tristan Murail, avec qui il cofonde l’ensemble Itinéraire. Dans les années 1980, il est responsable de la collection pédagogique des éditions Salabert. Il dirige à Angers le festival des Musiques du XXe siècle puis le conservatoire, avant de prendre la direction du conservatoire du XIVe arrondissement de Paris (1991-1999). La musique de Roger Tessier reflète son parcours riche et éclectique, mêlant instrumentarium traditionnel et lutherie électronique, plages énergiques et passages méditatifs, références aux arts visuels et à la littérature. Le compositeur aborde tous les genres, y compris la musique pédagogique et manifeste un goût prononcé pour l’orchestre, les grandes formes et la théâtralité. Citons parmi plus de quatre-vingt-dix opus Trois Haïkus (1965), Trièdre (1973), Samgita I (1976), la cantate Judith (1979), Jeu Rituel (1982), Scène III (1987), Electric Dream Fantasy (1996), Samsara (2000), Skolvan (2002), Trisztan Kommentarok (2006), La mémoire de Narcisse (2009) et Froissures (2010).

voir ressources CDMC

Elements Bibliographiques :
  • Roger Tessier, Compositeur / Marc Kowalczyk (Editions Hécate, distribution exclusive par Musikayak) Avant-propos de Marcel Landowsky. Préface de Pierre-Albert Castanet. 119 pages
  • Roger Tessier : l’itinéraire du timbre / Sophie Stévance. Préface de Pierre Albert Castanet – Millénaire III éd., 2006

François Veilhan commence à travailler avec Roger Tessier pour un concert-spectacle entre musique et poésie dessiné par Michel Passelergue , « D’Orphée à Ophélie » (juin 2016 à L’Entrepôt, Paris)

Après Vagues insolites et A propos de Lalita pour flûte et piano  (écrit en 2012) que donne le compositeur (dédié à François Veilhan et Brigitte Trannoy-Petitgirard) pour cette réalisation, François Veilhan et sa partenaire découvrent les Trois Haïkus pour flûte et piano écrits en 1965.
Ils les interprètent à Paris et à Berne en dialogue avec d’autres poèmes de Michel Passelergue.

Parallèlement, Roger Tessier écrit Echo ex-écho (2017), solo pour flûte alto que François Veilhan crée à Paris lors d’un Dialogue au Présent autour de la figure du compositeur en mars 2018 (œuvres de Tessier, Bach, Debussy, Scelsi…)

L’idée naît alors de continuer à balayer cette large tranche de temps et de création, avec ses ruptures, ses renouvellements, et de faire sentir la ligne intrinsèque que Roger Tessier dessine.

Le projet d’un disque de musique de chambre s’élabore, avec l’ensemble Mémoires Sonores, à l’occasion de l’anniversaire des quatre-vingts ans du compositeur en 2019. C’est un jalon dans un déroulé de manifestations pédagogiques, artistiques, que Mémoires Sonores contribue à mettre en place pour 2019, et qui permettront de retracer un parcours singulier, acteur des courants qui ont renouvelé le langage musical dans les années 1970, 80, 90.

d'Orphée à Ophélie

Berne l'Art pour l'Aar

Dialogue au Présent Roger Tessier