Les chemins de la flûte

Les chemins de la flûte

Cette méthode pour débutant a pour but de guider l’enfant dès les premiers pas vers une base de travail solide : façonnement du son, découverte du rythme et prise de conscience des sensations, travail de l’écoute, de la musicalité …

Les illustrations-de l’auteur- (traits colorés, bandes de couleurs, formes géométriques) mettent en lumière certains faits musicaux (structure, couleur harmonique) et habituent l’enfant à porter un regard sur ce qu’il joue et entend. Tout au long de l’ouvrage, l’élève sera incité à comprendre la flûte comme une partie de son corps, approche déterminante qu’il approfondira avec le professeur.

« Si l’homme avait seulement connaissance des objets et non des rapports qui existent entre eux, il se trouverait dans un chaos sans issue. …aussi est-il nécessaire, avant de procéder à toute tentative d’éducation, d’établir dans ‘l’ambiance les conditions les plus favorables à l’éclosion des caractères profonds » (Maria Montessori).

Chaque art a son propre langage, c’est-à-dire ses moyens propres. « Ainsi chaque art est quelque chose de fermé en soi chaque art est une vie propre. C’est un domaine en soi. C’est pourquoi les moyens employés par chaque art, vus de l’extérieur, sont complètement différents : sonorité, couleur, mot ! En dernier lieu, et vus de l’intérieur, ces moyens sont absolument semblables : le but final supprime les différences extérieures et dévoile l’identité intérieure. » (Wassily Kandinsky)

Acheter

Commentaires de la presse spécialisée


« François Veilhan a écrit une méthode formidable qu’il a illustrée lui-même au moyen de schémas très parlants. A la pratiquer, on devient flûtiste et on devient musicien. Les premières pages insistent sur la respiration, l’émission du son sur un plan psychomoteur. Des conseils pratiques très précis aident véritablement l’enfant à bien jouer et à sentir ce qu’il joue. Des ateliers techniques de respiration, des ateliers de sonorité alternent avec des airs à la difficulté progressive. En bon pédagogue, François Veilhan relie l’instrument au corps, les sons à l’image et place l’enfant en situation active de recherche, et non d’exécution. « 

Olivier Bellamy

Le Monde de la Musique octobre 1996


« […] Les nouveautés de cet ouvrage se situent à plusieurs niveaux. Tout d’abord – et c’est ce qui frappe le plus lorsque l’on découvre l’ouvrage – la présentation d’ensemble et le graphisme ont été très étudiés, pour leur pouvoir de suggestion. Comme le dit l’auteur en préface, « les illustrations veulent mettre en lumière certains faits musicaux (structure, couleur harmonique) et habituer l’élève à porter un regard sur ce qu’il joue et entend ». Chacun de ces supports visuels – signalons au passage que tout le volume est en couleur ! – représente donc un morceau auquel il est juxtaposé, et en évoque tout ou partie. L’idée est de développer au maximum l’imaginaire de l’élève et de le conduire par là à penser davantage son jeu, à réfléchir à sa signification et à prendre conscience de sa propre écoute intérieure. D’ailleurs François Veilhan insiste sur ce point dans son interview : tout est axé sur l’écoute et les morceaux d’ensemble comportent de nombreuses remarques en ce sens.

Beaucoup d’indications sont écrites, mais toute liberté est laissée au professeur quant aux nuances et aux tempi. La chose est importante car c’est lui qui va enseigner la musique à l’élève. Le livre, suivant son sous-titre, est un « guide »… Ces deux premières remarques montrent bien que les études se feront en premier lieu par la relation (indispensable et non pas complémentaire) entre le professeur et l’élève, ainsi que par la capacité qu’aura ce dernier à aller au-delà du texte (c’est le rôle des dessins et illustrations de l’auteur) – une conception moderne donc, mais qui trouve aussi son lien avec une certaine tradition.

De plus la progression est nettement plus rapide que dans les méthodes précédemment citées puisqu’au terme de ce cahier, l’élève maîtrisera presque deux octaves-et-demi, ainsi que toutes les notes altérées… […]

Une autre phrase est à souligner dans l’introduction à ces « Chemins de la flûte » : « On ne trouvera ici aucun exercice ; chaque problème technique, chaque nouveau mouvement est abordé dans une série d’enchaînements qui prennent place dans des séquences musicales à 2 ou 3 instruments ». […]

[…] Les trois ouvrages d’I. Ory, B. Fleurette et F. Veilhan, qui possèdent tous à notre avis de grandes qualités, sont le fruit d’une longue réflexion et d’un travail minutieux. A chaque professeur de choisir lequel lui conviendra le mieux. Il est certain en tous cas que « Les Chemins de la Flûte » propose une approche très différente. Ce nouvel outil pédagogique pourra enthousiasmer, surprendre, dérouter, séduire… Mais c’est le propre de toute audace. A découvrir. »

Denis Verroust

Traversières Magazine octobre-novembre-décembre 1996 n° 21 /55

« Les Chemins de la flûte » entretien avec François Veilhan par Pierre-André Valade

« Lorsque Jean-Louis Jolivet, directeur artistique aux Editions Henry Lemoine, m’a proposé en 1993 d’écrire une méthode à l’attention des jeunes flûtistes débutants, j’ai immédiatement pensé à m’associer à François Veilhan pour réaliser ce travail. En effet, n’enseignant plus moi-même, il me paraissait essentiel de co-signer l’ouvrage avec un pédagogue accompli et en contact direct avec l’enseignement aux débutants, et personne mieux que lui ne pouvait selon moi remplir cette mission vis-à-vis de nos très jeunes amis et de leurs professeurs.

Dès les premières séances de travail avec François Veilhan, j’ai réalisé la portée de sa pensée pédagogique, et il m’est apparu évident que je devais me retirer de ce projet pour le laisser le mener à bien seul, comme il le souhaitait au détail près.

Aujourd’hui, « Les Chemins de la Flûte » vient de paraître, et j’ai grand plaisir à présenter cet ouvrage que je crois faire état d’une vision à la fois profondément riche, musicale, ludique, précise techniquement, et donc de nature à favoriser un développement rapide et complet des qualités instrumentales autant que de la sensibilité artistique des jeunes flûtistes.

François Veilhan est bien-sûr le mieux placé pour parler de cet ouvrage original, et j’ai donc choisi de réaliser cette présentation sous la forme d’un entretien. »

Pierre-André Valade

Traversières Magazine octobre-novembre-décembre 1996 n° 21 /55

Suit l’entretien (5 pages illustrées avec photos et pages reproduites avec l’aimable autorisation des Editions Henry Lemoine)